Login

Annoucements

Hommage à Ahmad El Soufi

18 Jan 2017

Une journée spéciale d’hommage à Ahmad El Soufi durant l’école CIMPA au Liban a eu lieu le vendredi 17 Février à la Chambre de Commerce, d'Industrie et d'Agriculture avec la participation de plusieurs institutions nationales et internationales. Dans son mot, le doyen de la Faculté des Sciences, Pr Hassan Zeineddine, a évoqué les disverses qualités d'El Soufi en le considérant comme "Une personne qui sort du commun et qui a su naviguer dans son voilier vers les horizons de la liberté, la compassion, et l'amour".

Mot du doyen

Chers amis et collègues,

Bonjour,

Les mots de deuil ne trouvent pas d’encre dans la blancheur de ma page; les textes de réconfort ne s’y trouvent pas non plus. Nos biens aimés peuvent s’ancrer très profondément par leur présence dans notre âme, notre vie et nos quotidiens. Mais le poids de la mort pèse trop et nous bouleverse à jamais. Que dire alors de l’absence de Ahmad ? Une absence qui ne peut que renforcer sa présence pérenne.

Cher Ahmad,

Tu resteras pour toujours non seulement à l’Université de Tours, à l’Institut National Scientifique des mathématiques et de leurs Interactions, au Centre International de Mathématiques Pures et de leurs Applications (CIMPA) mais certes dans l’ensemble de la communauté mathématique française et libanaise.

Je suis bien d’accord avec les collègues de Tours qui te trouvent:

le mathématicien élégant, l’enseignant de tout premier plan, le scientifique cultivé et modeste, l’épris de la vie et ouvert à toutes les cultures, le distingué par son sens de l’écoute et du dialogue, sa curiosité insatiable, son sourire rassurant, et la liste n’est pas encore à sa fin.

On y ajoute ce que nous, à la faculté des Sciences de l’Université Libanaise, disons d’une personne qui a apporté tant de fierté non uniquement à notre communauté scientifique mais aussi à sa ville natale Tripoli et à notre Liban.

Une personne qui sort du commun et qui a su naviguer dans son voilier vers les horizons de la liberté, la compassion, et l’amour. Les valeurs auxquelles on aspire actuellement et qu’on risque de les perdre à jamais en ces moments de folie qui étouffent l’humanité.

Une personne qui a su porter dans son cœur l’est et l’ouest pour dire que l’excellence n’a ni confession, ni couleur et certainement n’est prisonnière d’aucune frontière.

De par ce que tu nous as laissé dans tes travaux scientifiques, tes publications et tes collaborations, tu nous fais savoir, au plus profond de nous-même que rien ne meurt jamais. Ahmad, tu ne nous as pas quittés; tu as seulement pris de l’avance au pays de la Vie éternelle.

Je peux dire à toutes celles et tous ceux qui ont connu Ahmad El Soufi que: Vous pouvez pleurer son départ ou sourire parce qu’il a vécu. Vous pouvez tourner le dos à demain et vivre le passé ou être heureux pour demain à cause du passé.

A tous ses étudiants et collègues à Tours, au Liban et à travers le monde entier, je vous demande de ne pas se souvenir de Ahmad parce qu’il n’est plus, mais de chérir sa mémoire et la laisser vivre, aimer et aller de l’avant.

Merci.

Announcements